:: Après le séisme ::

Réflexions et débats sur l'après 21 avril en France
:: Bienvenue sur Après le séisme :: POSTER UN MESSAGE (membres) | contact

:: Suite aux résultats du premier tour de l'élection présidentielle, constatant le rôle non négligeable des médias dans ce qui arrive en France, nous avions, trois journalistes plus ou moins jeunes, lancé ce site participatif afin de contribuer à la nécéssaire réflexion. Il est devenu un blog copmme un autre, compilations de digressions et de liens sur la présidentielle. ::

:: Et n'oubliez pas, dimanche 5 mai, d'aller dire non. Vous savez comment ::

Liens dans une nouvelle fenêtre
[::..archive..::]
[::..D'autres sites..::]
:: Blog présidentiel::
:: Naughty Bites (La France depuis L.A.)::
:: Place Publique::
:: Le Maquis::
:: Liberté Egalité Fraternité::
:: La Honte::
:: Ruban Noir::

:: 28.4.02 ::

Reçu dans ma boîte plusieurs mails, de différentes sources, toutes aussi improbables les unes que les autres, relayant un soi-disant sodage des RG qui aurait fui miraculeusement (parfois vers des associations italiennes !) et aurait des résultats inquiétants. Des inconnus me l'ont envoyé, des amis me l'ont fait suivre, certains étaient même fébriles après l'avoir lu... C'était un faux.
Encore une fois, personne n'apprend rien. Les hoax ont beau être monnaie courante, le plus récent a beau avoir trait à Le Pen et avoir été salutairement démonté, les gens y croient toujours autant... J'ai trouvé les mouvements, sites, débats, mails... très sains les premiers jours. Les jours avancent, et j'ai l'impression que le lait tourne bien vite...
Au final, à voir la vitesse à laquelle ces mails se propagent, en toute impunité, à voir comment à force de lourdeur médiatique, les gens ont vu l'insécurité dans le moindre souffle de vent, je me demande si le phénomène le plus injustement ignoré depuis quelque temps n'est pas la puissance de l'irrationnel... :)
:: Tof 7:27 AM [+] ::
...
:: 26.4.02 ::
Samedi, 13h35, France 5, "On aura tout lu" : la responsabilité des médias. Malheureusement, ça ne concerne que la presse écrite... On regardera quand même.
:: Tof 4:54 AM [+] ::
...
Le Syndicat National des Journalistes appelle à s'interroger sur le rôle des médias. Eh bien moi, ça me fait plaisir, parce que j'ai le désagréable sentiment que trop de personnes, dans ce métier, espèrent pouvoir s'en tirer sans trop de scrupules. Alors qu'on a pas toujours été bons (voir l'article de The Independent que j'évoque plus bas).
:: Tof 1:03 AM [+] ::
...
:: 25.4.02 ::
Lettre à Jean-Marie Le Pen

Monsieur,
Je vous adresse cette lettre que vous ne lirez jamais.
Elle raconte une histoire que je porte comme relique, comme un objet précieux, dans un coin de ma mémoire. Juste à l'endroit où ma grand-mère l'a placé lorsque j'avais à peine sept ans.
J'ai grandi dans un petit village de la campagne française, loin du bruit et de l'agitation des villes. Dans un petit village qui, depuis plus d'un siècle, n'a jamais connu d'autre maire que des enfants de Jean Jaurès.
C'est un petit village insignifiant comme il en existe des milliers dans ce pays et des millions à la surface de cette Terre.
C'est dans ce petit village que pour la première fois de ma vie j'ai voté, en 1984, pour les élections européennes. Ce jour-là, vous ne pouvez pas l'avoir oublié, vous êtes sorti de l'anonymat.
Vous avez abandonné les oripeaux d'une pensée marginale et répugnante pour gagner une respectabilité et une reconnaissance. Ce jour-là, j'étais assesseur dans une école primaire où j'avais usé le fond de mes culottes d'enfant.
J'ai compté les bulletins qui vous revenaient de droit. Il y en avait 118 exactement et dans ce village où coule une paisible rivière, juste au milieu d'une campagne couverte de collines et de grands arbres, 10% des gens qui m'entouraient avaient décidé de vous faire confiance.
Avant ce jour, je ne vous connaissais pas. Depuis ce jour, je ne vous aime pas. Cela n'a rien de personnel, comme on dit, c'est juste que je ne vous aime pas.

Mais cela m'éloigne de mon histoire. Vous et moi, nous allons faire un petit retour en arrière, remonter le temps jusqu'en janvier 1943.
A cette époque, ma grand-mère (elle s'appelle Marie, nom prédestiné n'est-ce pas ?) était receveuse de la poste dans ce petit village. De la fenêtre de son bureau, en se levant un peu de son siège, elle pouvait apercevoir une maison.
Cette maison appartenait à des réfugiés espagnols qui avaient fui le franquisme. Dans cette maison, vivait cachée une famille juive (un père, une mère et une petite fille de 7 ans, du même âge que la mienne aujourd'hui).
Pendant des mois, ma grand-mère a su que cette famille vivait là, après être passée en zone libre en 1941 et avoir été finalement rattrappée par l'occupation de toute la France.
Pendant des mois, elle a gardé le secret.
Seulement, un matin, elle a entendu le ronronnement d'une traction Citroën. Vous savez cette "voiture noire" qui laissait dans son sillage terreur et désolation.
Monsieur, écoutez ce que m'a raconté ma grand-mère:
"J'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu la voiture noire qui s'est garée devant la maison. J'ai vu les Allemands descendre de la voiture. Ils sont allés frapper à la porte. Et ils sont entrés dans la maison.
"Je suis restée à regarder par la fenêtre. Toutes les personnes qui étaient dans le bureau de poste regardaient par la fenêtre. Et puis on les a vu sortir, le père, la mère et la gamine. Elle pleurait et elle criait.
"Les Allemands les ont fait monter dans l'auto noire. On ne les a plus jamais revus."
Cette histoire, elle me l'a racontée 30 ans après. Elle n'en avait pas oublié un instant. Et je n'en ai pas oublié un mot.
Vous voyez, le temps efface tout, dit-on. Je n'ai pas vécu la guerre. Chaque génération qui arrive nous éloigne un peu plus de ces heures tragiques. Chaque génération qui arrive ajoute une couche de sédiments dans la cuvette de l'oubli.
Seulement, je n'ai pas oublié. Monsieur, cette histoire que vous ne lirez pas, je vous la raconte à vous. Et je la raconterai un jour à ma fille pour qu'à son tour elle en retienne chaque mot.

Monsieur, je ne vous salue pas.
Cerise

:: Tof 7:24 AM [+] ::
...
Le Monde.fr publie aujourd'hui une très bonne sélection de liens sur le F.N. A lire, notamment, un excellent article du quotidien britannique The Independant qui imagine la fin 2003 avec Le Pen président.
L'article se termine sur une dénonciation de l'apathie médiatique : selon le journal, il est "extraordinaire (et cela n'est corrigé, lentement, que depuis peu) de voir combien les médias français, et plus particulièrement la télévision, se sont peu occupés d'examiner dans le détail, ou même en général, ce que M. Le Pen a prévu de faire s'il était au pouvoir.
A cet égard, il a bénéficié d'une totale liberté (impunité ? "free run") vis à vis de l'opinion publique française".
Brillant.
:: Tof 6:12 AM [+] ::
...
Bonjour,

Le 21 avril, la France a tremblé. Jean-Marie Le Pen, en se qualifiant pour le second tour de l'élection présidentielle, a provoqué un séisme, un cataclysme, une onde de choc.
Les mots n'ont pas manqué pour tenter de traduire ce que quatre Français sur cinq pensaient impossible.
Face à ce phénomène, qui a naturellement ramené à la surface les remugles les plus nauséabonds de notre Histoire, il convenait de faire quelque chose, de réagir, de sortir de l'apathie dans laquelle nous avait plongés trois cohabitations, 14 années de mitterrandisme et sept ans de chiraquie.
Ce site, même si sa durée de vie doit être éphémère, doit être considéré comme une voix qui vient s'ajouter à celles de la grande majorité des Français.
Que l'on ne se trompe pas. Si 20 pour cent de nos concitoyens ont voté dimanche pour la droite extréme, il convient de voir également que 80% ne se sont pas prononcés pour elle.
Ce que propose le Front national est ce que beaucoup d'entre nous exécrent le plus. Ce que propose le Front national, c'est une manière unique de penser, une conception aspetisée de regarder le monde.
Je ne me suis jamais réellement senti français, ni même européen, ni même citoyen du monde. Je ne suis qu'un individualiste supplémentaire qui a vécu la lente mais inévitable montée du libéralisme, du système D, de la perte des repères et de la confusion des valeurs.
Il y a près de 20 ans, Gilles Lipovetsky affirmait qu'une paire de basquettes avait autant de valeur qu'Emmanuel Kant. Le constat est vrai. On peut le déplorer, car c'est exactement cette perte de repères qui a favorisé l'émergence de l'extréme droite.
Avec un discours simpliciste et ultra hiérarchisé, elle s'est donnée une légitimité. Elle s'est fait entendre, écouter et comprendre (au moins par certains).
Maintenant, il me semble de notre devoir de citoyen de résister. De s'opposer à ce que le Front national nous propose, même si pour cela il faut soutenir un président de la République, dont le talent politique est incertain et les idées manquent diablement de hiérarchie.
Se taire dans un moment comme celui que nous vivons n'est pas possible. Et c'est pour cette raison que ce site existe: pour que chacun puisse prendre la parole, pour que chacun se sente impliqué dans le monde qui l'entoure.
Car je crois que cette fois, il y a une véritable urgence à se faire entendre.
Cerise
:: Tof 4:48 AM [+] ::
...
Ce site, lancé par les anciens (de toutes générations) de l''Ecole de Journalisme de Lille, vise à réfléchir aux conséquences du 21 avril, aux changements nécessaires, et à appeler au civisme contre le Front national.
:: Tof 1:25 AM [+] ::
...

This page is powered by Blogger. Isn't yours?